Influence politique de l’église

Influence politique de l’église

Le chrétien doit-il faire de la politique ? Est-il possible que l’église influence le jeu politique ? Politique rime-t-elle avec croyance ? Ces questions sont des questions qui divisent actuellement notre société.

Qu’est-ce que la politique

La politique est une science. A la fois théorique et pratique, la politique est considérée comme une doctrine par laquelle le gouvernement gère les affaires de la nation. Elle se définit comme étant la gestion de l’ensemble des affaires publiques d’Etat, de la lutte des partis politiques pour le contrôle de la totalité ou d’une partie du pouvoir et de l’ensemble des jeux politiques auxquels se livrent les différentes configurations politiques de l’Etat. Selon John Stott, la politique a un sens large et un sens restreint. Au sens large, elle fait référence à la gestion du quotidien des habitants de la communauté englobant ainsi les domaines juridique, économique, culturel, social, éducationnel, etc. Dans son sens plus restreint, la politique concerne l’élaboration et l’adoption des grandes lignes de gestion d’un gouvernement.

Ainsi, la politique a une ligne d’actions qui ne peut être transgressée. Mais l’église, toutes confessions religieuses confondues, a un rôle à jouer dans le maintien de la cohésion au sein de la nation pour éviter les dérives. Car comme le dit Emmanuel Kant “La possession du pouvoir corrompt inévitablement la raison”.

Rôle de l’église dans la gestion de la cité

“Le pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument” disait Lord Acton. Cette affirmation montre la faiblesse de l’homme face au contrôle de ce pouvoir qui lui est attribué par ses pairs. Des dérives peuvent donc être constatées dans la gestion et l’exercice du pouvoir d’Etat. De ce constat, plusieurs points divergents ressortent en ce qui concerne le rôle de l’église.

En premier lieu, nous avons la position de l’intervention stricte de l’église dans les affaires politiques. Selon ce courant de pensée, l’église a un rôle de maintien de la droiture lorsque les gouvernants tendent à dévier du droit chemin. Elle doit rappeler aux hommes politiques les principes fondamentaux du pouvoir divin.

Selon le deuxième courant de pensée, l’Eglise a une vocation spirituelle et doit donc s’en tenir à cela. Elle doit donc s’abstenir de participer à la vie politique d’une nation.

Le troisième courant de pensée, plus réaliste, estime que l’Eglise est une institution à part entière et en tant que telle, elle doit rester politiquement neutre. Son intervention en politique ne doit se faire que dans des situations extrêmes qui touchent à la paix et à la dignité humaine. L’extermination d’une communauté par exemple.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*